Selon une étude « sur la prise en compte de l'approche handicap dans les stratégies de développement et des grands programmes au Cameroun » réalisée à l'initiative de l'Anajehcam en décembre 2014, voici une présentation de la situation des personnes handicapées au Cameroun qui reste encore d'actualité.

« Dans la société camerounaise, les représentations et croyances traditionnelles ont pour conséquence de contribuer à exclure ces personnes de la société. En effet, on remarque que les familles ressentent une véritable honte d'avoir mis au monde un enfant handicapé.

Par ailleurs, plusieurs familles au Cameroun vivent en dessous du seuil de pauvreté, il leur est difficile d'apporter l'assistance requise aux personnes handicapées membres desdites familles.

Généralement, les personnes handicapées n'ont donc pas tous leurs papiers d'Etat Civil tels que : acte de naissance, carte nationale d'identité, carte nationale d'invalidité ou encore carte d'électeur.

L'éducation de l'enfant handicapé reste un véritable problème étant donné que les familles n'ont pas du tout la volonté, d'une part d'envoyer leurs enfants handicapés à l'école, et d'autre part le système éducatif camerounais n'est pas adapté pour l'insertion des enfants avec un handicap.

La plupart des personnes handicapées ne sont pas allées à l'école et ne peuvent pas accéder à un emploi stable et rémunéré.

Seul le chemin de la mendicité ou du travail dans le secteur informel leur sera ouvert. Ces derniers n'offrent pas de stabilité ni d'autonomie financière.

Sans moyens financiers, elles ne peuvent donc pas se déplacer puisqu'elles sont, en général, dépendantes des taxis ou de matériel adapté coûteux. »